Devenir propriétaire, du rêve à la réalité !

19.11.2019
Quelques précautions à observer avant de sauter le pas.

Quel type de bien immobilier privilégier ?
Vous avez l'âme d'un bricoleur ? Dans ce cas, une maison répondra certainement à vos attentes. Mais si le bien n'est pas neuf, renseignez-vous avant d'acheter. Il est important d'être attentif à certains points garantissant votre santé et votre sécurité : installation électrique à contrôler, chaudière à réviser, présence éventuelle d'amiante. Posez les bonnes questions ! Nous vous aidons à anticiper toute mauvaise surprise.

Si vous préférez consacrer votre temps libre à d'autres loisirs, optez plutôt pour un appartement PPE. Le marché offre actuellement de nombreux logements neufs ou datant de quelques années. Mais là aussi, quelques précautions peuvent s'avérer utiles au respect de votre budget : montant des charges d'exploitation, état du compte fonds de rénovation, état d'entretien de l'immeuble. Un courtier immobilier expérimenté se renseignera et vous fournira spontanément toutes ces informations.





Vous êtes déjà propriétaire ?
Vous envisagez de vendre votre bien pour en acquérir un autre ?

Dans ce cas, faites estimer votre propriété afin de connaitre votre potentiel d'achat. De nombreux outils en ligne permettent actuellement de réaliser vous-même cette évaluation, mais ceux-ci ne remplaceront jamais l'expérience d'un professionnel. Ce dernier maîtrise des paramètres rarement pris en compte par les outils informatisés (notamment liés aux caractéristiques du lieu et de la construction) qui peuvent pourtant influencer considérablement le résultat de l'estimation.

Prenez également rendez-vous avec votre conseiller bancaire afin d'étudier les possibilités de financement. Lorsqu'on décide de vendre son bien pour en acquérir un nouveau, la synchronisation des différentes étapes est primordiale (organisation du timing, modalités du transfert des fonds, financement complémentaire du nouveau bien etc).

L'opération peut paraître simple mais elle cache en réalité de nombreuses questions à résoudre. Grâce à notre expérience, nous vous conseillerons sur les meilleures façons de procéder.



Comment financer votre acquisition ?
La limite de l'emprunt à négocier avec votre banque ne devra pas dépasser 80% du prix d'achat.

Quant à vos fonds propres, une part minimale de 20% sera exigée.

Comment constituer ces 20% ? Un minimum de 10% devra provenir de vos économies, d'une avance de hoirie, de votre 3e pilier 3a ou de valeurs immobilières. Les 10% restants pourront provenir du 2e pilier. Au lieu de retirer cet avoir, il est aussi possible de le mettre en gage.

La banque évaluera votre situation financière personnelle et votre capacité à épargner. Elle contrôlera notamment que les charges liées à votre achat immobilier (intérêts hypothécaires, amortissement + entretien) ne dépassent pas 33% de votre revenu brut. Elle utilisera pour ce faire un calcul se basant non pas sur les taux actuels, historiquement bas, mais sur des taux théoriques (env. 5%) afin de garantir votre solvabilité en cas de remontée des taux.

L'amortissement dépendra de la valeur du bien que vous souhaitez acquérir. Néanmoins, un amortissement minimal de 15% de la dette hypothécaire en 15 ans vous sera demandé.
Attention ! Les exigences des banques peuvent devenir plus sévères si l'on approche l'âge de la retraite, ceci afin d'anticiper une éventuelle baisse de revenu.




Le rôle du courtier
Quelle est la valeur ajoutée d'un courtier immobilier ?
Petit résumé en 6 points :
♦ Evaluer le bien en fonction du marché
♦ Etablir un dossier complet détaillé pour une mise en valeur de qualité
♦ Réunir les documents facilitant la prise de décision de l'acquéreur et de sa banque
♦ Organiser les visites, répondre aux questions et aux sollicitations
♦ Faciliter la conclusion d'un accord sur un prix de vente satisfaisant pour l'acheteur et le vendeur
♦ Contrôler le projet d'acte de vente et veiller au respect des points convenus

 

Votre team courtage
Géraldine, Derya, Tiffany et Anaïs